Heure Sainte, Paray-le-Monial, Jeudi 2 mai 2019

Heure Sainte, Paray-le-Monial, Jeudi 2 mai 2019 /

Méditations avec le Bienheureux Charles de Foucauld

Exposition du Saint-Sacrement

Chant : Seigneur Jésus tu es présent

 [1]
Seigneur Jésus, tu es présent dans ton Eucharistie,
Dans cette hostie nous t’adorons et nous te magnifions.
Toi qui es Dieu, toi qui es Roi, tu nous as tout donné.
Tu es le Christ, tu es l’Agneau immolé sur la croix.
Dans ta passion tu as porté chacun de nos péchés.
Ton sang versé nous a lavés et nous a rachetés.

Parole de Dieu

Matthieu 26

Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani, et il dit aux disciples : "Restez ici, tandis que je m’en irai prier là-bas." Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse. Alors il leur dit : "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi." Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : "Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux." Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : "Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ! Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l’esprit est ardent, mais la chair est faible."

Méditation

Charles de Foucauld
Mon Dieu faites-nous, je Vous en supplie, suivre Votre exemple ! Plus nous souffrons, plus nous sommes tentés, plus il nous faut prier : dans la prière est notre seul secours, notre seule force, notre seule consolation ; que la douleur, que la force de la tentation ne la paralysent donc pas ; le démon fait tous ses efforts pour l’arrêter en nous à ces moments ; mais, loin de céder à cette tentation, loin de céder à la faiblesse de la nature qui voudrait que l’âme s’absorbât dans sa peine et ne regardât pas autre chose, regardons notre Sauveur qui est là, près de nous, et parlons-Lui… Il est devant nous, Il nous regarde avec amour, Il tend l’oreille pour nous entendre, Il nous dit de Lui parler, Il nous dit qu’Il est là, qu’Il nous aime… Regardons-Le, parlons-Lui sans relâche, comme on fait quand on aime, comme fait ici Notre Seigneur avec son Père : plus nous tombons en agonie, plus il faut nous précipiter dans le sein de notre Bien-Aimé et nous presser contre Lui par une prière non interrompue…

Prière

(Psaume 22 (21))
Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Le salut est loin de moi, loin des mots que je rugis. Mon Dieu, j’appelle tout le jour, et tu ne réponds pas ; même la nuit, je n’ai pas de repos. Toi, pourtant, tu es saint, toi qui habites les hymnes d’Israël !

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [2]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés !
C’est pour nous que le Christ a souffert,

Il nous a montré le chemin, afin que nous marchions sur ses traces.

Parole de Dieu

Matthieu 26
A nouveau, pour la deuxième fois, il s’en alla prier : "Mon Père, dit-il, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite. Puis il vint et les trouva à nouveau en train de dormir ; car leurs yeux étaient appesantis. Il les laissa et s’en alla de nouveau prier une troisième fois, répétant les mêmes paroles.

Méditation

Charles de Foucauld
Mon Dieu, voilà où vous conduit votre Cœur, voilà où vous a conduit votre amour pour nous ! Pourquoi êtes-vous là, mon Seigneur Jésus, si ce n’est parce que "Dieu a tant aimé les hommes qu’il a donné pour eux son Fils unique" et voulut qu’il souffrît pour le bien de nos âmes. Oui, c’est pour le bien de nos âmes que le Père a voulu que vous fussiez là, […] afin que nous voyions son amour et que nous aimions à notre tour Celui qui nous a tant aimés. Mon Seigneur Jésus, faites-moi la grâce de partager vos humiliations, vos abaissements, avec amour et bonheur. Moi, je les mérite ; vous les avez soufferts sans les mériter, et dans quel excès, pour l’amour de moi ! Mon Dieu, que cette foi me change et transforme ma vie !

Prière

(Psaume 22 (21))
Et moi, je suis un ver, pas un homme, raillé par les gens, rejeté par le peuple. Ne sois pas loin : l’angoisse est proche, je n’ai personne pour m’aider. Des fauves nombreux me cernent, des taureaux de Basan m’encerclent. Des lions qui déchirent et rugissent ouvrent leur gueule contre moi.

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [3]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés !
Lui qui n’a pas commis de faute, il ne s’est trouvé en sa bouche aucun mal.

Parole de Dieu

Luc 22

Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait. Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre. Se relevant de sa prière, il vint vers les disciples qu’il trouva endormis de tristesse, et il leur dit : "Qu’avez-vous à dormir ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation."

Méditation

Charles de Foucauld
« Attendez ici, et veillez avec moi »

Est-ce seulement à ses trois apôtres que Notre-Seigneur dit cela ?… Non, c’est à nous tous qu’Il aime et qu’Il voit pendant Son agonie, à nous tous, dont la compagnie fidèle et tendre, en ces moments douloureux, Lui est une consolation… Soyons donc fidèles à cette pratique " de veiller avec Lui ", tous les jeudis soir, pour Lui tenir compagnie, L’assister, Le consoler, être avec Lui de toute notre âme pendant Son agonie… Que cette veille du jeudi soir avec Notre-Seigneur agonisant soit une de nos pratiques fidèles toute notre vie : n’y manquons jamais pour l’amour du Cœur de Notre-Seigneur, Il nous le demande formellement par ces mots dits à Ses apôtres. Le Lui refuserons-nous ?…

Prière

(Psaume 22 (21))
Je suis comme l’eau qui se répand, tous mes membres se disloquent. Mon cœur est comme la cire, il fond au milieu de mes entrailles. Ma vigueur a séché comme l’argile, ma langue colle à mon palais. Tu me mènes à la poussière de la mort. Oui, des chiens me cernent, une bande de vauriens m’entoure.

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [4]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés !
Lui qui n’a pas commis de faute, il ne s’est trouvé en sa bouche aucun mal.

Chant : Tantum Ergo

 [5]
Tantum ergo Sacramentum
Veneremur cernui !
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui !
Præstet fides supplementum
Sensuum defectui !
Genitori Genitoque
Laus et jubilatio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio !
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio. Amen.

Bénédiction du Saint Sacrement

Louanges divines

Salve Regina

-----------

[1Paroles : M.-F. Penhard, M. Penhard–Musique : Charles –Eric Hauguel–Chants de l’Emmanuel

[2Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[3Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[4Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[5Paroles et musique : Liturgie Catholique Romaine Version musique : Chants de l ’ Emmanuel (M. Wittal)