Heure Sainte, Jeudi 4 avril 2019

Heure Sainte, Jeudi 4 avril 2019 /

Méditations avec Benoît XVI (Homélie pour un Jeudi Saint)

Exposition du Saint-Sacrement

Chant : Seigneur Jésus, tu es présent dans ton Eucharistie.

 [1]
Seigneur Jésus, tu es présent dans ton Eucharistie,
Dans cette hostie nous t’adorons et nous te magnifions.
Toi qui es Dieu, toi qui es Roi, tu nous as tout donné.
Tu es le Christ, tu es l’Agneau immolé sur la croix.
Dans ta passion tu as porté chacun de nos péchés.
Ton sang versé nous a lavés et nous a rachetés.

Parole de Dieu

Matthieu 26

Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani, et il dit aux disciples : "Restez ici, tandis que je m’en irai prier là-bas." Et prenant avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à ressentir tristesse et angoisse. Alors il leur dit : "Mon âme est triste à en mourir, demeurez ici et veillez avec moi." Etant allé un peu plus loin, il tomba face contre terre en faisant cette prière : "Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux." Il vient vers les disciples et les trouve en train de dormir ; et il dit à Pierre : "Ainsi, vous n’avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ! Veillez et priez pour ne pas entrer en tentation : l’esprit est ardent, mais la chair est faible."

Méditation

Benoît XVI
La nuit obscure du Mont des Oliviers vers lequel Jésus sort avec ses disciples, fait aussi partie du Jeudi Saint ; en font partie la solitude et l’abandon de Jésus, qui, en priant, va vers la nuit de la mort ; …
Jésus sort dans la nuit. La nuit signifie le manque de communication, une situation où l’on ne se voit pas l’un l’autre. Elle est un symbole de la non-compréhension, de l’obscurcissement de la vérité. Elle est l’espace où le mal qui, devant la lumière, doit se cacher, peut se développer. Jésus lui-même est la lumière et la vérité, la communication, la pureté et la bonté. Il entre dans la nuit. En dernière analyse, la nuit est le symbole de la mort, de la perte définitive de communion et de vie. Jésus entre dans la nuit pour la vaincre et pour inaugurer le nouveau jour de Dieu dans l’histoire de l’humanité.

Prière (Psaume 88 (87) )

Seigneur, mon Dieu et mon salut, dans cette nuit où je crie en ta présence, que ma prière parvienne jusqu’à toi, ouvre l’oreille à ma plainte.
Car mon âme est rassasiée de malheur, ma vie est au bord de l’abîme...

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [2]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés.
C’est pour nous que le Christ a souffert, Il nous a montré le chemin,
Afin que nous marchions sur ses traces.

Parole de Dieu

Matthieu 26

A nouveau, pour la deuxième fois, il s’en alla prier : "Mon Père, dit-il, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite. Puis il vint et les trouva à nouveau en train de dormir ; car leurs yeux étaient appesantis. Il les laissa et s’en alla de nouveau prier une troisième fois, répétant les mêmes paroles.

Méditation

Benoît XVI
( Jésus) a chanté avec ses Apôtres les Psaumes de la libération et de la rédemption d’Israël, qui commémoraient la première Pâque en Égypte, la nuit de la libération. Maintenant, il va, comme il a l’habitude de le faire, pour prier seul, et pour parler comme Fils avec son Père. Toutefois, contrairement à l’accoutumée, il veut avoir à ses côtés trois disciples : Pierre, Jacques et Jean… Les disciples devenaient désormais les témoins de l’humiliation extrême, qui était le pas essentiel de la sortie vers la liberté et la vie nouvelle… Les disciples, dont Jésus cherchait la proximité en cette heure de tourment extrême comme un peu de soutien humain, se sont vite endormis. Ils entendaient toutefois des fragments des paroles de la prière de Jésus et ils observaient son comportement. Ces deux choses se gravèrent profondément dans leur esprit et ils les transmirent pour toujours aux chrétiens.

Prière (Psaume 88 (87) )

Le poids de ta colère m’écrase, tu déverses tes flots contre moi.
Tu éloignes de moi mes amis, tu m’as rendu abominable pour eux ; enfermé, je n’ai pas d’issue : à force de souffrir, mes yeux s’éteignent. Je t’appelle, Seigneur,
tout le jour, je tends les mains vers toi…

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [3]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés.
Lui qui n’a pas commis de faute, et il ne s’est trouvé en sa bouche aucun mal.

Parole de Dieu

Luc 22
Alors lui apparut, venant du ciel, un ange qui le réconfortait. Entré en agonie, il priait de façon plus instante, et sa sueur devint comme de grosses gouttes de sang qui tombaient à terre. Se relevant de sa prière, il vint vers les disciples qu’il trouva endormis de tristesse, et il leur dit : "Qu’avez-vous à dormir ? Relevez-vous et priez, pour ne pas entrer en tentation."

Méditation

Benoît XVI
Jésus lutte avec le Père. Il lutte avec lui-même. Et il lutte pour nous. Il fait l’expérience de l’angoisse devant le pouvoir de la mort. Avant tout, c’est simplement le bouleversement de l’homme, ou même, de toute créature vivante, en présence de la mort. En Jésus, au contraire, il y a quelque chose de plus. Il étend son regard sur les nuits du mal. Il voit l’insalubre marée de tout le mensonge et de toute l’infamie, qui vient à sa rencontre dans cette coupe qu’il doit boire. C’est le bouleversement de Celui qui est totalement Pur et Saint face au flot du mal de ce monde, qui se déverse sur Lui. Il me voit aussi et il prie aussi pour moi. Ainsi, ce moment d’angoisse mortelle de Jésus est un élément essentiel dans le processus de la Rédemption. C’est pourquoi, la Lettre aux Hébreux a qualifié d’événement sacerdotal, la lutte de Jésus sur le Mont des Oliviers. Dans cette prière de Jésus, empreinte d’angoisse mortelle, le Seigneur remplit la fonction du prêtre : Il prend sur lui le péché de l’humanité, nous tous, et nous porte auprès du Père.

Prière (Psaume 88 (87) )

Pourquoi me rejeter, Seigneur, pourquoi me cacher ta face ?
Sur moi, ont déferlé tes orages : tes effrois m’ont réduit au silence.
Ils me cernent comme l’eau tout le jour, ensemble ils se referment sur moi.
Tu éloignes de moi amis et familiers ; ma compagne, c’est la ténèbre.

Silence

Chant : C’est par tes souffrances

 [4]
R. C’est par tes souffrances, Seigneur, que nous sommes sauvés.
C’était nos péchés sur le bois, qu’il portait lui-même en son corps.
Afin que morts à nos péchés, nous vivions pour la justice,
Par ses souffrances, nous sommes guéris.

Chant : Tantum Ergo

 [5]
Tantum ergo Sacramentum
Veneremur cernui !
Et antiquum documentum
Novo cedat ritui !
Præstet fides supplementum
Sensuum defectui !
Genitori Genitoque
Laus et jubilatio,
Salus, honor, virtus quoque
Sit et benedictio !
Procedenti ab utroque
Compar sit laudatio. Amen.

Bénédiction du Saint-Sacrement

Louanges divines

Salve Regina

-----------

[1Paroles : M.-F. Penhard, M. Penhard - Musique : Charles –Eric Hauguel - Chants de l’Emmanuel

[2Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[3Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[4Paroles : Domaine public–Musique : Père André Gouzes o.p. © Editions de l’Abbaye de Sylvanès

[5Paroles et musique : Liturgie Catholique Romaine Version musique : Chants de l ’ Emmanuel (M. Wittal)