Neuvaine, jour 6

Neuvaine, jour 6

6) Réparation

« Les ingratitudes et les méconnaissances me sont beaucoup plus sensibles que tout ce que j’ai souffert en ma passion » Jésus à sainte Marguerite-Marie.
« d’autant que s’ils rendaient quelque retour d’amour j’estimerais peu tout ce que j’ai fait pour eux et voudrais, s’il se pouvait, en faire davantage, mais ils n’ont que des froideurs et du rebut pour tous mes empressements à leur faire du bien. Mais du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leur ingratitude autant que tu le pourras être capable. »

A Paray-le-Monial, Jésus nous révèle l’angoisse de son agonie. Il propose de réparer ces ingratitudes en Lui manifestant notre gratitude et en l’accompagnant dans sont offrande pour les pécheurs particulièrement en vivant l’Heure Sainte : « toutes les nuits du jeudi au vendredi je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j’ai bien voulu sentir au jardin des Oliviers ; laquelle tristesse te réduira sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d’agonie plus rude à supporter que la mort. Pour m’accompagner dans cette humble prière que je présenterai à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit pour te prosterner pendant une heure avec moi... »

« J ’ai soif » dit Jésus (Jn 19,28)